Le cristallin est une lentille transparente située à l’intérieur de l’oeil, derrière l’iris (membrane qui fait la couleur de l’oeil) qui permet aux rayons lumineux de converger à l’intérieur de l’oeil pour les concentrer sur la rétine.

Cette lentille est normalement transparente, ce qui permet de laisser passer la lumière. Il s’agit en quelque sorte de l’équivalent d’un objectif d’appareil photographique.

On parle de  cataracte, lorsque le cristallin perd sa transparence naturelle, ce qui empêche la pénétration de la lumière à l’intérieur de l’oeil.

Cataracte : de quoi s’agit-il ?

La cataracte : une opacification du cristallin qui trouble la vue

La cataracte correspond à l’opacification du cristallin qui laisse donc moins passer les rayons lumineux et  la vision s’en trouve altérée. La personne atteinte de cataracte peut avoir l’impression de regarder à travers un voile ou une vitre embuée. Les couleurs s’estompent et les lumières vives sont perçues comme de éblouissements.

 

Quand apparaît la cataracte ?

Le plus souvent, la cataracte apparaît avec l’âge : une personne sur cinq est concernée après 60 ans. Elle peut toutefois survenir plus tôt, en particulier en cas de maladie oculaire ou générale associée à un traumatisme oculaire.

 

La cataracte est liée à d’autres maladies

Quoique l’âge demeure le premier facteur d’apparition de la cataracte, celle-ci peut également accompagner d’autres maladies, comme le diabète ou les inflammations oculaires. La prise répétée de cortisone peut également favoriser l’apparition de la cataracte, tout comme les traumatismes oculaires.

 

Contre la cataracte, une seule solution : l’opération

Il n’existe actuellement aucun traitement médical permettant d’empêcher l’apparition de la cataracte ou de la ralentir. La maladie évolue toujours vers une aggravation, l’évolution de la cataracte est variable: elle est le plus souvent lente et progressive.

 

Chirurgie de la cataracte

Qui peut se faire opérer de la cataracte ?

L’opération chirurgicale représente à ce jour la seule solution permettant de traiter la cataracte. Les patients pouvant se faire opérer sont ceux présentant une cataracte ayant pour conséquence une baisse significative de l’acuité visuelle, un éblouissement à la lumière ou une diplopie (perception de deux images pour un seul objet). L’opération de la cataracte permet d’améliorer considérablement sa vision et de réduire sa dépendance aux lunettes.

 

En quoi consiste l’opération de la cataracte ?

Le traitement de la cataracte consiste en une intervention chirurgicale : le cristallin est extrait à travers des micro-incisions pratiquées dans la cornée. Cette technique chirurgicale dite “phacoémulsification” (ou PKE) permet de découper puis d’aspirer doucement le cristallin au moyen d’une sonde à ultrasons.

Grâce aux ultrasons, le cristallin est émulsionné et aspiré à l’intérieur de l’œil. La poche transparente qui entoure le cristallin (appelée capsule cristallinienne) est conservée et sert de support pour positionner l’implant ( lentille artificielle) qui remplace le cristallin.

Le cristallin est ensuite remplacé par une lentille artificielle (implant intraoculaire) aux fonctions similaires. Plusieurs types d’implants peuvent être utilisés, adaptés à chaque patient. Ils permettent de corriger la vue de près et / ou de loin. Un examen préalable à l’opération permet de déterminer la puissance de l’implant qui remplace le cristallin en mesurant la longueur de l’oeil et la forme de la cornée.

 

Le type d’anesthésie pratiquée durant l’opération de la cataracte

Le plus souvent, l’intervention chirurgicale se déroule en ambulatoire sous anesthésie locale (au moyen de gouttes anesthésiantes). Toutefois, dans certains cas (cataracte très importante, difficultés à rester immobile…), l’opération peut être effectuée sous anesthésie loco-régionale ou générale.

 

Quels sont les risques liés à une opération de la cataracte ?

L’opération de la cataracte est pratiquée très régulièrement, en particulier au Centre ophtalmologique de la Colline (Caluire-et-Cuire, proche de Lyon). Les risques sont très faibles. Dans certains cas néanmoins, des complications peuvent apparaitre : (infections, hémorragie, difficulté à positionner l’implant intraoculaire…) Ces cas sont exceptionnels.

En savoir plus sur l’opération de la cataracte : anesthésie, intervention et risque

 

Les avantages d’une opération de la cataracte

Au terme de l’opération de la cataracte, il est possible de ne plus porter de lunette. L’implant remplaçant le cristallin permet de supprimer d’éventuels défauts de la vision comme la myopie ou l’hypermétropie. Les lentilles multifocales dites “premium” permettent quant-à-elles de corriger la presbytie et l’astigmatisme.

 

Opération du cristallin clair : anticiper l’apparition de la cataracte

Dans certains cas, il est possible de pratiquer une opération chirurgicale sur le cristallin quand celui-ci est encore “clair”, avant l’apparition de la cataracte. On parle alors d’opération du cristallin clair, une “opération de la cataracte en avance”. Ce procédé s’adresse notamment aux personnes souffrant d’une myopie ou d’une hypermétropie forte, ou d’une presbytie et qui ne peuvent bénéficier d’une opération utilisant le laser.

La technique utilisée est le PRELEX (PREsbyopic Lens EXchange). Elle permet le remplacement du cristallin par un implant mono ou multi focal. On notera que la presbytie peut être corrigée durant l’opération au moyen d’un implant multifocal permettant la vision de près et de loin.

 

Cataracte secondaire :

La cataracte secondaire désigne l’opacification de l’enveloppe du cristallin qui intervient dans de nombreux cas en moyenne deux ans après une opération de la cataracte. Elle est également appelée opacification capsulaire, cataracte secondaire ou capsulose secondaire.

Les symptômes sont proches de ceux de la cataracte :

  • baisse de la vision de loin et de la vision des contrastes
  • dédoublement des lumières dans certains situations
  • vue “brouillée” (sensation de “voile” devant les yeux)

Une seconde opération n’est pas nécessaire : une capsulotomie est pratiquée, qui permet de laisser passer la lumière vers la rétine. La capsulotomie consiste à réaliser, à l’aide d’un laser, un trou au niveau de l’enveloppe qui maintient l’implant et qui a perdu de sa transparence.

En savoir plus sur la cataracte secondaire